Le territoire du Témiscamingue se distingue par l’immensité et par la beauté de ses paysages naturels, mais également par le développement singulier qu’en a fait sa population.

Les Versants du Témiscamingue se distinguent par des paysages agroforestiers ainsi que par des champs visuels larges. Au sud, on y retrouve une forêt mixte, où le bouleau jaune prédomine sur le sapin, tandis qu’au nord, entre le lac Témiscamingue et le lac des Quinze, la présence de l’agriculture plus marquée expose un paysage de campagne davantage humanisé que le Plateau abitibien. En complément, la présence du lac Témiscamingue et du lac des Quinze apporte de magnifiques panoramas. Ensemble, ces éléments constituent, en grande partie, la spécificité paysagère du Témiscamingue.

Le patrimoine bâti du Témiscamingue est intrinsèquement relié à son histoire de colonisation et l’exploitation de ses ressources naturelles. On y retrouve ainsi des traces de la colonisation, des bâtiments agricoles typiques de la région ainsi que diverses infrastructures issues de l’exploitation forestière.

De par son histoire fortement rattachée à l’exploitation des ressources du territoire (agriculture, foresterie et flottage du bois), le peuplement du Témiscamingue s’est principalement implanté dans le nord et le nord-ouest du territoire. La proximité des principaux lacs et cours d’eau, là où les terres agricoles étaient les plus fertiles et où les transports étaient facilités par le réseau hydrographique, a favorisé ce peuplement. Encore aujourd’hui, plus de 70 % de la population du Témiscamingue est établie à proximité d’un grand lac ou d’un cours d’eau.

Présentation de la MRCT

Présentation de la MRCT en chiffres